19 avril 2010

1.1 Troubles des conduites instinctuelles

Hyposomnie (insomnie)

Il s'agit d'une déviation quantitative – insomnie – (plainte par le sujet d'une baisse de quantité et de la qualité de son sommeil) qui peut prendre différentes formes : difficultés d'endormissement ou sommeil interrompu à plusieurs reprise au cours de la nuit, ou réveil prématuré avec impossibilité de se rendormir. Les conséquences sont multiples :
- trouble de l'attention
- irritabilité
- baisse de l'activité personnelle ou professionnelle.

Ce type de trouble de sommeil est très fréquent en psychopathologie :
- états dépressifs
- états maniaques
- troubles alimentaires
- états psychotiques (chroniques ou aiguës)
- états anxieux

hypersomnie

Il s'agit d'une plainte pour excès de sommeil, souvent avec sommeil diurne et sommeil nocturne trop long et des difficultés majeure à se réveiller le matin (le sujet s'en plaint). Il a des conséquences sur le niveau socioprofessionnel, avec des difficultés à respecter les horaires et à obtenir le rendement souhaité. On le trouve dans :
- les troubles dépressifs
- les troubles anxieux
- l'hypersomnie produite par les psychotropes (sédatifs)

les troubles de l'alimenta

Hyporexie ; anorexie.

L'hyporexie est une diminution de l'appétit, l'anorexie est une perte de l'appétit. · On les trouve dans des contextes différents, surtout dans les troubles dépressifs et anxieux (attention, c'est différent de l'anorexie mentale). On les distingue du refus alimentaire présent dans l'anorexie mentale, qui obéit à des mécanisme différents selon la pathologie (par exemple, dans les troubles dépressifs majeurs très grave, cela peut être considéré comme une forme de suicide). · Aussi dans le contexte délirant (délire d'empoisonnement) · ou refus de manger pour expier une faute qu'on pense avoir commise (contexte mélancolique.

boulimie

Elle dépasse en fait le cadre simple des troubles alimentaires. Les crises boulimiques se déroulent généralement en 3 étapes :
1/ sensation intense de faim vécue dans l'angoisse
2/ Ingestion rapide et impulsive d'une grande quantité d'aliment
3/ Sentiment intense de culpabilité et de dégoût à l'égard de soi-même. On la distingue de plus en plus de l'hyperphagie (grignotage) pour laquelle on ne retrouve pas les phases 1/ et 2/

Posté par psychia à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 1.1 Troubles des conduites instinctuelles

Nouveau commentaire