19 avril 2010

Introduction

La psychopathologie plonge ses racines dans l'antiquité : philosophes grecs et médecins arabes travaillaient déjà à comprendre le fonctionnement mental et rendre la médecine plus objective, plus scientifique. Si cette ambition fut oubliée lors des périodes d'obscurantisme religieux en Occident, la volonté d'une médecine raisonnée ressuscita lors de la Renaissance.

Sur ces bases se construisit la psychiatrie, puis ce qui allait devenir un peu plus tard, la psychopathologie. Cette discipline étudie les troubles mentaux, une définition à la fois simple et complexe : normal et pathologique se chevauchent, et le trouble mental est un concept dont les limites sont plutôt floues.

Que tenter pour la définir? L'approche descriptive des classifications anglo-saxonnes, rigides et néanmoins pratiques? Où une approche plus souple, plus empirique, et difficile à cerner? Que dire également des conceptions en marge de la médecine classique?

Ce chapitre présente un historique de la psychopathologie et tente une définition adéquate de la discipline, définition qui emmène sur plusieurs pistes de réflexions quant à la nature des troubles mentaux et des conceptions que l'on peut se faire de ces pathologies.

En pratique, on définit généralement un trouble mental selon un rapport à une norme, on peut alors considérer le trouble comme une anomalie mentale, un trouble de pensée à la fois spécifique, relativement rare et porteur de souffrance.

Dans un tel cadre, il est nécessaire de prendre en compte l'éducation culturelle de l'individu, et de le replacer dans son contexte social afin de comparer ce qui est comparable : puisque l'on se réfère à des normes, alors, il faut y inclure les normes sociales et environnementales, sous peine de se forger un avis trop subjectif, menant à une classification trop rigide.

Le trouble psychopathologique se définit qualitativement : la quasi-totalité des psychologues, psychiatres, etc... considèrent que la frontière entre normal et pathologique reste extrêmement floue, les classifications diverses (les plus connues sont le CIM-10 et le DSM-IV) représentent une aide descriptive au diagnostic, et certainement pas un cadre de critère absolu.

Posté par psychia à 10:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Introduction

Nouveau commentaire